« Seigneur, veux-tu que nous ordonnions qu’un feu tombe du ciel et les détruise ? » sous-entendu voilà des gens qui ne pensent pas comme nous, qui n’agissent pas comme nous, il faut les supprimer, c’est insupportable qu’ils puissent ne pas penser comme nous. On a vite fait de s’approprier la Parole et de jeter l’anathème sur ceux qui ne sont pas de notre bord. Et pourtant, c’était Jacques et Jean, ils avaient encore beaucoup à apprendre.Le Christ ne choisit pas la force ni la contrainte pour que nous empruntions le chemin de l’amour, mais la croix. Pas étonnant que les appelés aient quelque chose d’autre à faire que de le suivre. Se déposséder pour le servir, renoncer à soi et lui donner la préférence ne va pas de soi, nous avons toujours « mieux » à faire.

Il y a aussi ceux qui se regardent et qui disent : « non, je ne pourrai pas, je ne suis pas capable… », qui se regardent le nombril et constatent qu’ils ne peuvent objectivement pas, c’est d’ailleurs bien pour cela que le Seigneur les appelle, pour qu’ils mettent en Lui, leur entière confiance, et s’abandonnent totalement à sa grâce, car c’est Lui qui fera des merveilles à travers eux.

« Écoute ton Dieu t’appelle, viens suis-moi… » Ils seront huit à Saint Sulpice ce samedi, huit qui diront : oui ! Prions pour eux et avec eux. Merci Seigneur.

Bonne vacances à ceux qui ont la chance de partir.

Jean PERRIN, diacre permanent